Le Musée d’art de Baltimore : « favoriser une meilleure compréhension de l’impact individuel et réel des réalisations des artistes femmes. »

1 juillet 2020|

Fondé en 1914 et situé dans l’État du Maryland (États-Unis), le Baltimore museum of art (BMA) rassemble 90 000 œuvres d’art moderne et contemporain. Le musée abrite la plus grande collection de Matisse dans le monde.

L’équipe du Baltimore museum of art (BMA) a répondu à nos 3 questions au sujet de son engagement à acquérir exclusivement des œuvres d’artistes identifiées comme femmes en 2020. Le musée entend ainsi mettre en lumière leur contribution à l’art et remédier au déséquilibre de la représentation entre hommes et femmes. La version originale de l’entretien mené avec le BMA (en anglais) est disponible ci-dessous.

Cultures en dialogue : En quoi est-il important pour une institution telle que le BMA de faire l’acquisition d’œuvres d’artistes femmes ?

L’initiative « 2020 Vision » lancée par le BMA est conçue comme un moyen de travailler de façon plus ample et profonde l’histoire que le musée raconte, en particulier certaines parties que nous devons encore raconter de façon plus complète et avec plus d’audace. Les acquisitions correspondent donc à l’esprit et au travail effectué par notre équipe de conservateurs pour rectifier ce que nous considérons comme des omissions cruciales dans notre collection, et aussi plus généralement dans le champ de l’histoire de l’art, qui a traditionnellement et systématiquement minimisé et sous-représenté les contributions remarquables d’artistes qui sont également des femmes, et des personnes de couleur. Je suis enthousiasmée par la qualité et la variété des œuvres d’art qui entrent dans notre collection, et par les efforts que nous avons fournis afin de refléter la véritable diversité, la créativité et l’innovation à travers les époques.

Cultures en dialogue : Dans quelle mesure diriez-vous que les femmes sont à l’origine d’une contribution spécifique à l’art des XXe et XXIe siècles ?

Il y a beaucoup d’extraordinaires artistes femmes, mais je pense que nous avons encore beaucoup de travail avant de pouvoir pleinement définir leur contribution aux XXe et XXIe siècles. Cela, tout en tenant compte des arguments essentialistes ou issus d’une pensée plus binaire, selon lesquels le travail des femmes ou d’individus s’identifiant comme telles porterait des valeurs et caractéristiques propres à leur genre. Notre espoir est que le programme 2020 Vision du BMA participe d’une démarche visant à mieux comprendre ces individus et l’incidence réelle de leurs réalisations.

Cultures en dialogue : Comment vous assurez-vous que le public se sente concerné par les efforts d’artistes s’identifiant comme femmes ?

Les conservateurs du BMA achètent des œuvres d’art dignes d’être présentées, en prévision de la réouverture du musée. Chaque fois qu’une œuvre d’une artiste s’identifiant comme femme est présentée dans les salles d’exposition, cela modifie la façon dont nous racontons l’histoire, en relation avec les autres objets artistiques au milieu desquelles elle est présentée. Fondamentalement, nous donnons à ces artistes femmes une place au sein d’une histoire de l’art qui, auparavant, les ignorait. Le musée permettra donc au public de se mettre à leur contact, ainsi que par l’ensemble des éléments pédagogiques et des outils numériques que nous utilisons sur place, pour nos collections.

Ci-après la version originale des réponses apportées par l’équipe du Musée d’art de Baltimore.

Cultures en dialogue : Why is it important for an institution such as the Baltimore Museum of Art to purchase art by female-identifying artists?

The BMA’s 2020 Vision initiative is serving as an important catalyst to consider widely and deeply the narratives that the museum is telling and those that we yet need to tell more fully and boldly. The acquisitions capture the spirit and effort undertaken by our curatorial team to continue to rectify critical omissions in our collection and also within the broader history of art, which in its recording has systematically diminished and underrepresented the incredible achievements of artists who are also women and persons of color. I am excited by the quality and range of artworks entering our collection and by our continued efforts to reflect the true diversity of creative endeavor and innovation through time.

Cultures en dialogue : Would you say that there is a specific contribution by women to art in the 20th and 21st century?

There are many outstanding women artists, but I think we have a lot more work to do before we can fully define their contributions in the 20th and 21st centuries. This is of course also acknowledging the inherent essentialism or binary thinking that argues that the work made by women or female identifying artists portends gender specific characteristics. Our hope is that the BMA’s 2020 Vision endeavor helps foster a greater understanding of the individual and true impact of their achievements.

Cultures en dialogue : How would you ensure that the audience relates to the efforts of female-identifying artists? Why is it essential today?

The BMA’s curators are buying presentation-worthy works of art in anticipation of when the museum can reopen. Every time a work by a female-identifying artist is placed in the collection galleries, it changes the narrative that is being told in relation to the other objects around it. We are essentially giving these women artists a seat at the table of an art history that has previously overlooked them. The museum will connect audiences to them using all of the onsite and digital interpretive elements we have for the collection.

Le communiqué de presse du BMA

Tous les événements du BMA sont disponibles/visibles en cliquant ici.

Partager cet article: