Ron Amir au Mam : la photo comme témoignage

Avec l’exposition Quelque part dans le désert, Ron Amir fait, une nouvelle fois, entendre sa voix singulière. Par la photographie, cet artiste israélien livre un témoignage bouleversant sur la vie des réfugiés ayant vécu dans le centre de détention de Holot, situé dans le désert du Néguev et aujourd’hui fermé.

Construite autour de leur besoin d’être (Dasein, d’Heiddeger) et d’habiter, cette exposition présente trente photographies et six vidéos prises entre 2014 et 2018.

Quelque part dans le désert témoigne du quotidien de ces réfugiés venus du Soudan et d’Érythrée. Par ses plans fixes, l’artiste entend montrer ce besoin propre à chaque être humain d’exister. Bien qu’ils n’apparaissent sur aucune photographie, ces hommes sont omniprésents. Au fil de l’exposition, on pénètre leur quotidien et leur intimité faite d’une mosquée, d’un coin salon ou encore d’un coin repas. Les vidéos, elles, permettent de les voir. Elles sont des instantanées de leur vie montrant leur créativité, leur sensibilité ou leur quête d’un statut légal. On reste marqué par l’histoire de Butra, narrateur de sa propre quête d’un statut en Israël.

Marie-Adeline

L’exposition Quelque part dans le désert de Ron Amir se déroule du 14 septembre 2018 au 2 décembre 2018 au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris.

Pour plus d’informations….

Partager cet article: